Artificial Animals Riding On a Bird in the Storm

AaRON est un groupe français formé par  Simon Buret et Olivier Coursier.  Un groupe atypique. Leur deuxième album, « Birds in the Storm », confirme tout le bien que l’on pensait d’eux.

AaRON, c’est d’abord un nom. Parce que s’appeler Artificial Animals Riding on Neverland, faut assumer, à l’heure de Lady Gaga et autres Booba. Leur musique, sombre et mélancolique, est aussi atypique que leur nom de scène. Simon et Oliver parviennent à recycler leurs influences (de Jeff Buckley en passant par Coldplay) pour se créer un univers unique. C’est plus que réussi.

Leur premier album était un vrai bonheur pour les oreilles. Un album lancé par la présence du morceau U-Turn (Lili) dans le film « Je vais bien ne t’en fais pas » de Philippe Lioret qui nous a fait découvrir un monde et une musique à  part. Des textes recherchés et poétiques, un piano envoûtant et une vraie présence sur scène (j’ai testé), AaRON est clairement un de ces groupes qui marquent. Des chansons plus rythmées comme Lili, War Flag, O Song, ou Blow côtoient des chansons plus calmes et douces (Last Night Thoughts, Mister K, Lost Highway). On y trouve même une reprise plutôt réussie de Strange Fruit de Billie Hollyday, qui l’interprétât pour la première fois en 1939. Deuxième chanson engagée de l’album (après War Flag qui est une dénonciation des guerres), le strange fruit (étrange fruit) dont il est question est un homme noir pendu à un arbre. Le poème a été écrit pour dénoncer le lynchage des Noirs en Amérique. Même si le contexte a changé, le morceau reste un réquisitoire contre le racisme. Le Tunnel d’Or, seule chanson en français de l’album, touche par son thème universel, la fin d’une relation amoureuse.

Leur deuxième album était donc très attendu. Birds in the Storm est sorti en octobre dernier. On y a retrouvé l’univers du groupe, même s’ils ont délaissé le piano pour la basse sur certains morceaux. Ce qui leur va bien. Les textes sont toujours poétiques et les mots tombent juste. L’album commence doucement avec Ludlow et Rise. Ensuite, en passant par Seeds of Gold, le fameux Birds in the Storm qui donne son nom à l’album, Inner Streets, Waiting for a wind to Come et Arm in yours eyes, on entre dans les choses sérieuses. Trois chansons beaucoup plus calmes complètent le tout (A Thousand Wars, Song For Ever,  Embers). Personnellement, j’ai eu un coup de cœur pour la chanson Passengers. La basse en fond est un vrai régal.

L’une des critiques la plus souvent faite au groupe est qu’il s’agit d’un univers trop sombre et pessimiste. Et bien moi, c’est justement ce qui me plaît. La vie a aussi ses côtés plus tristes. Je n’ai pas besoin que Rihanna me fasse l’apologie de la fille facile, en montrant à la planète entière combien elle est friquée. Les chansons d’AaRON parlent de vrais sentiments humains, des sentiments que tout le monde peut ressentir. On se retrouve dans leurs chansons.

Le groupe est en pleine tournée pour leur deuxième album. Ne manquez pas d’y faire un tour, vous ne serez pas déçus.

Le tunnel d’or – Artificial animals riding on neverland

U-Turn (Lili) – Artificial animals riding on neverland

Passengers – Birds in the Storm

Rise - Birds in the Storm


Site officiel.

Camille Wernaers

1 Comment

  1. !n$@f

    16 avril 2011 at 2:06

    je confirme tes dires très chère, pour les avoir vu fin 2010 à Bruxelles, leur prestation est incroyable!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>