L’Egypte veut un meilleur futur, et cherche à protéger son passé

Impossible de ne pas être au courant des révoltes populaires qui secouent, à des degrés divers, les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, du Maroc au Yémen. On ne peut pas encore dire si la fuite de Tunisie de Ben Ali ou les nombreuses manifestations se déroulant en ce moment en Egypte vont créer une révolution historique qui amènera la démocratie aux peuples d’Afrique du Nord. Vous entendrez sûrement parler du futur de ces pays mais La Pige se penche aujourd’hui sur leur passé, désormais en péril.

Les dernières nouvelles montrent des militaires soutenant la population, mais les chars ont aussi pour mission de défendre l’immense patrimoine culturel égyptien. La population elle-même arrête, avec l’aide de la police, les tentatives des pillards qui s’attaquent aux musées et sites archéologiques.

La professeure de la Faculté de Philosophie et Lettres et membre du CIERL (Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité), Michèle Broze, a du annuler une expédition vers Louxor cette semaine, en raison de l’insécurité qui règne en Egypte.  Elle nous confie :

« Je devais en effet partir pour un mois à Louxor, ce samedi, avec des collègues et des jeunes (chercheurs et étudiants). J’ai hésité tout le vendredi, on part, on ne part pas… Nous n’avions à ce moment aucune nouvelle de Louxor. J’ai une mission dans le centre de Karnak, actuellement gardé par des chars. »

Le professeur Hawass du musée du Caire, raconte sur son blog qu’une dizaine de pillards ont profité des troubles naissants du vendredi 28 janvier pour pénétrer dans le musée, sans protection, du Caire.

« Heureusement, les criminels qui ont volé les bijoux du magasin de souvenirs ne savaient pas où les bijoux à l’intérieur du musée se trouvaient. »

Même la salle d’exposition de Toutankhamon n’y a pas échappé, avec une vitrine brisée et plusieurs pièces cassées.

« Le peuple égyptien réclame la liberté, pas la destruction. » nous rappelle le professeur Hawass.

Michèle Broze confirme, « Mais comme beaucoup d’égyptologues, je suis désolée que l’on assimile le peuple égyptien à des pillards. Beaucoup de gens, surtout des jeunes, protègent les sites et les musées de leur mieux. »
Ailleurs malheureusement, la situation ne fut pas aussi calme. Des groupes armés ont pillé des dépôts d’antiquités et le musée de Memphis était déjà vide avant samedi matin.

D’après le Ministère des Antiquités, la situation est sous contrôle et les pillages ont cessé. Pourtant, des sources moins officielles (peut-être moins sérieuses) parlent du vol d’au moins 3.000 objets, avec un retour de seulement 288 de ceux-ci… Le quotidien populaire anglais, The Sun, offre cependant une vision différente, moins rassurante (même si l’on connaît l’exagération des tabloïds), des événements dans ses textes et ses photos.

Plus d’information :

http://paul-barford.blogspot.com/2011/01/damage-in-cairo-museum.html

http://www.kv64.info/

http://www.egyptologica.be/activites_egyptologica/fouilles_egyptologica.html

De superbes photos.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>