We are the walking dead !

Voici le premier bilan de la Pige sur la première saison de The Walking Dead qui vient de s’achever en beauté aux Etats-Unis. Le public était largement présent depuis son lancement à Halloween sur la chaîne AMC et les critiques ne tarissent pas d’éloges. La deuxième saison est en projet, avec de nouveaux scénaristes.

Celle-ci comptera désormais 13 épisodes (contre six pour la première, à raison de deux épisodes par semaine). Le producteur exécutif : Frank Darabont souhaiterait apporter des idées fraîches pour la suite du scénario. Charles H. Eglee (Dexter et The Shield), le numéro deux de l’équipe scénario, n’est déjà plus de l’aventure. Une rumeur sur la toile évoquerait même des scénaristes free-lance, un pari risqué !

Mais revenons sur la première saison de cette adaptation du Comic-book américain à succès (même titre, le volume 12 intitulé « Un monde parfait… » est sorti en français cette fin d’année). Son créateur : Robert Kirkman et Tony Moore (dessinateur) puis Charlie Adlard (dessinateur) ont su aborder le thème cher aux geeks de l’invasion de zombies avec une approche intéressante. Ce n’est pas tant la survie d’un groupe d’humains sains (seulement d’esprit) qui nous est contée mais l’interaction des individus dans un cas extrême de fin du monde.

Son univers cru, la violence brutale et la peur omniprésente, son style noir et blanc mature font de The walking dead une référence du genre depuis 2003. Cependant, puisque construit pour durer, il était difficile d’éviter les faiblesses scénaristiques et certains volumes évoquent plus les éternelles tensions familiales des pires séries américaines (Les feux de l’amour, Dallas et j’en passe) qu’une lutte en plein jour Z.

Ce problème se rencontre malheureusement dès le troisième épisode de la série… Une multitude de personnages secondaires absents du Comic débarquent et l’histoire devient vaguement fidèle aux événements de la version papier en se permettant plusieurs situations absurdes. On atteint le paroxysme du genre avec l’inévitable histoire de coucherie, présente dans le Comic mais seulement de façon anecdotique.

L’ennui n’est pas le seul problème. La série a un petit budget même si la production commence à se tailler une solide réputation (après Mad Men par exemple) et ne rougit pas face à HBO par exemple. Le personnage principal manque certes de charisme mais c’est (je l’espère) fait exprès : Andrew Lincoln incarne plutôt bien le pauvre Rick, totalement dépassé. On ne peut pas en dire autant de Sarah Wayne Callies, rescapée de Prison Break, qui n’a toujours qu’une seule expression dans son répertoire d’actrice ou d’autres acteurs qui semblent parfois perdus au milieu de la scène d’action. Les effets spéciaux sont pourtant très réussis et l’ambiance s’installe rapidement et efficacement. Le premier épisode est d’ailleurs parfait si l’on oublie le générique (qui n’est justement pas inoubliable).

Un bilan qui semble  négatif, certes, mais la série possède un énorme potentiel. Ma critique est sans doute plus acerbe puisque je suis fan du comic-book mais j’espère sincèrement une amélioration pour la deuxième saison.

Plus d’information : http://www.amctv.com/originals/The-Walking-Dead/

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>