Mangeons peu, mangeons bien !

Le quartier du cimetière d’Ixelles vient de célébrer la fin des travaux de restauration qui ont duré quatre mois. L’ouverture d’un Quick a d’ailleurs créé le débat, entre pro – et anti- fast food. Car ce ne sont pas les restaurants qui manquent dans ce quartier cosmopolite. Voici la preuve par 12 restaurants qu’on peut manger une cuisine du monde (presque) entier pour seulement quelques euros de plus qu’un menu du Quick à quelques rues de l’ULB.

Contre l’homogénéisation de nos habitudes alimentaires, une petite visite du quartier du cimetière  et de ses alentours s’impose. On y trouve pêle-mêle un restaurant tibétain, un chinois, un vietnamien, un italien, un indonésien, un indien et même un bar à tapas et un sushi bar. A quelques pas de l’ULB, un véritable pâté de maisons est voué à la nourriture et à la culture.

On commence notre visite culinaire par l’Avenue Buyl. Vous y trouverez le Punjab, un restaurant indien/pakistanais ainsi qu’un restaurant indonésien, le Garuda. En remontant cette avenue, vous atteignez l’ULB. Prenez l’Avenue de l’Université. Vous arrivez alors dans le quartier du cimetière d’Ixelles même. Sur la chaussée de Boondael, le Rino Son propose une cuisine italienne. En face, on trouve Madame Olsen, spécialiste des couscous, tajines et grillades. Toujours sur la chaussée de Boondael, en face, il y a un restaurant Thaïlandais, Naly, et à côté Le Poussière d’Etoile et sa cuisine vietnamienne. Ensuite,  en continuant dans la chaussée de Boondael à gauche, vous trouverez le Tapas y Mas, bar à tapas  et, plus loin, Chez Dukhar,  le restaurant tibétain, au coin de la place de la « Petite Suisse ».  A quelques pas de là se trouve La Bohème, restaurant chinois. En tournant à droite vous tombez sur l’Avenue des Saisons et le sushi bar Kamo. En revenant vers le cimetière, puis vers la  gauche,  dans l’Avenue de la Couronne, on arrive aux Caves du Picotin et son choix de pâtes et salades. Toujours dans cette avenue, on termine par le Wok’n roll, restaurant asiatique.

Le responsable du Quick, lui, axe son argumentation sur le fait qu’il va attirer des clients, et que cela sera donc bénéfique pour les autres restaurants. Il n’est pas nécessaire je crois de démontrer les limites de cette argumentation.  Si quelqu’un se rend au cimetière pour manger un Quick, il ira au Quick.  Ca n’amènera des clients qu’à la chaine de restauration rapide qui a vu dans le quartier universitaire un filon en or.

Vous savez bien sûr ce que goûte un Giant ? Mais savez ce qu’il y a dans un Dim Sun ? Ou avez- vous déjà goûté une fondue tibétaine ? Qu’est-ce qu’un Ayam Goreng ? Pensez-y la prochaine fois que l’envie d’un hamburger vous prendra.

Camille Wernaers


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>