Fusion entre Solvay et les Sciences Economiques

La rentrée de septembre a officialisé la fusion entre l’école Solvay et les Sciences Economiques. Avec quels changements pour les étudiants ?

« Ca change d’avoir sa propre faculté ! », c’est par ces mots que Jorge, étudiant en premier master à Solvay, résume la fusion entre l’école de commerce et le département des Sciences Economiques de l’ULB. « On peut faire jeu égal avec les autres facultés de l’ULB.  On a une identité propre. C’est aussi plus facile d’être reconnu internationalement».

Auparavant réunis dans la faculté des Sciences Sociales, Politiques et Economiques (SOCO), la Solvay Business School et les Sciences Economiques ont fusionnés pour créer une nouvelle faculté de l’Université Libre de Bruxelles : La Solvay Brussels School of Economics and Management (SBS-EM). Un nom qui a été bien réfléchi. On remarque en effet que le mot « Business » qui accompagnait le nom de Solvay été remplacé par « Brussels », et que le mot « Economics » désigne les Sciences Economique tandis que le mot « management » est là pour les étudiants de Solvay. Personne n’est oublié.

Quand la fusion a été annoncée en 2008, de nombreux étudiants et professeurs de Solvay ont critiqué le projet. Ils fustigeaient notamment un risque de manque d’indépendance. A cela Jorge répond : « De toute façon, cette fusion était nécessaire.  Solvay était trop petite pour exister internationalement. Avec les élèves de sciences éco en plus, c’est bien plus facile. Et les étudiants de sciences éco, eux, bénéficient du prestige de Solvay. C’est donc bénéfique pour les deux départements ». Le nouveau doyen de cette faculté, Mathias Dewatripont, espère ainsi attirer des étudiants étrangers.

En plus de s’accompagner d’une réforme des cours, la fusion a aussi modifié la politique d’évaluation : « On a maintenant aussi droit à quatre points de balance chez Solvay. Avant c’était trois. Et on pourra passer avec 11,75 de moyenne alors qu’avant c’était 12 de moyenne ou rien ».

Enfin de nouvelles destinations Erasmus sont proposées, mais Jorge pointe « une plus grande concurrence » du fait de la présence des étudiants de sciences économiques.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>